Wind Garden, ou pourquoi certaines personnes aimeront toujours Mario

Ce que vous voyez, c’est la session d’enregistrement du thème « Wind Garden », présent sur la bande originale du jeu Super Mario Galaxy, sorti en 2007.

Le premier jeu de Nintendo, et donc évidemment le premier Mario, à présenter de la véritable musique orchestrale, 22 ans après le premier Super Mario Bros. 26 ans après le premier jeu comportant la mascotte à casquette rouge.

Voyez Koji Kondo, le compositeur de toutes les mélodies inoubliables qui ont accompagné Mario, 46 ans et toutes ses dents, écouter attentivement la performance de l’orchestre.

Voyez Shigeru Miyamoto, le papa de Mario, 55 ans et toutes ses rides, frissonner au son de cet orchestre qui insufflera la vie au jeu vidéo le mieux noté de tous les temps.

Voyez ces musiciens d’orchestre classique japonais, archétype-même de la personne qui travaille dur pour faire son métier, honorés de pouvoir accompagner la nouvelle aventure du plombier italien avec leurs instruments.

Mais surtout, écoutez cette musique, nerveuse, excitée, joyeuse, pleine de vie, bourrée d’entrain et de naïveté. Ecoutez cette première mélodie guillerette, puis cette transition plus calme et sérieuse, pour repartir de plus belle avec un air d’une innocence à rendre gâteux le plus cynique des anarchistes.

Cette musique, c’est la version audio d’un enfant qui court dans l’herbe après un chiot, trébuche, se relève et repart en riant, des taches de terre plein la salopette.

Et ça vient d’un jeu qui tourne autour d’un personnage qui avait 26 ans d’existence, un DINOSAURE du jeu vidéo.

La positivité de Mario est éternelle. Et c’est pour ça qu’on l’aime. Et ceux qui ont un problème avec ça devraient arrêter un peu de « grandir ».

La musique dans une qualité légèrement meilleure ici.

Publicités

Oüroboros

Des textes tellement pauvres en valeur artistique que ses albums finissent par se résumer à un unique message : j’aime que les gens qui portent du Ünkut.

Une marque de streetwear qui ne diffère des autres que par son image de « marque de Booba » et aucunement par sa qualité, ne servant donc qu’à faire faire de la pub à la musique qui ne fait rien d’autre que lui faire de la pub.

Elie Yaffa devrait changer de blaze.

Oüroboros, le MC des boloss.

Je marche profil bas, n’exhibe aucun bijou

« Tu vaux bien plus qu’une marque », m’avait dit Mamadou

MC Solaar – « Lève-toi et rap »

Tu peux profiter de son absence pour jouer les pachas

La double voyelle du numero uno restera le A